Skip to main content

Les différents types de vote

Il existe de multiples types de vote. Il est important de trouver celui qui est préférable selon les circonstances. L'objectif est de fédérer un maximum de personnes autour d'une consultation commune. Toutefois, on ne pourra jamais empêcher toutes les formes de rejet de participer à une votation.

Quels problèmes rencontrez-vous ?

  • Méconnaissance sur les différents types de procédure de votation
  • Choix du type de votation non judicieux :
    • Procédure de votation estimée biaisée ou orientée
    • Votation utilisée ne permettant pas une évaluation suffisamment fine des opinions
  • Beaucoup d'absentéisme aux votations, ou refus des modalités de vote choisies

Les solutions proposées :

Selon le type de décision, la taille du groupe, les enjeux, les circonstances, l'urgence, le type de vote ou d'organisation change.

Note : si besoin, penser à préciser dans votre Règlement Intérieur (ou équivalent) que vous pouvez recourir à plusieurs types de votation en fonction du contexte.

Avertissements :
1) le type de votation doit être décidé avant de procéder au vote
2) afin de garantir un choix libre de la part des votants, et selon les enjeux, privilégier le vote à bulletin secret.
3) tous les types de votes peuvent être orientés par les choix proposés ou dans la formulation de la question. Un vote doit s'inscrire dans un processus global (incluant par exemple ERV ou ou un débat contradictoire) pour sa mise en place.
4) Lors d'un vote, selon le contexte, donner la possibilité aux votants de pouvoir rejeter/reformuler la question ou l'ensemble des propositions (règles à définir).
Pour compléter : (voir Fiche "Organisation d'une votation")

Créer un outil d'aide à la sélection du type de vote ?

Critères possibles :

  • objectifs (faire un choix/désigner une personne),
  • échelle du nombre de votants (CRITÈRES À COMPLÉTER, par ex : 2 à 20 / 20 à 200 / 200 et plus)
  • contexte
    • urgence (délais, oui/non)
    • importance (intensité de l'impact sur le groupe, cohérence avec l'objectif du groupe, oui/non)
    • type de groupe (en présentiel, en distanciel, mixte)
  • simplicité/rapidité de mise en œuvre (oui/non)
  • implication demandée aux votants lors de la procédure (faible/forte)
  • quorum nécessaire (oui/non)
  • sécurité du vote ? (sensibilité à la triche ?)


Description succincte
Avantages
Inconvénients
Conditions
Liens utiles
Scrutin majoritaire à 1 ou deux tours
(uninominal ou plurinominal)
Le ou les candidats/choix qui obtiennent le plus grand nombre de votes sont gagnants.

- Rapide

Très injuste, très clivant
- risque fort de ne pas adhérer aux résultats (Risque binaire)

- Très simple à utiliser

- But : décider ou élire


La proportionnelle Les sièges ou les mandats sont attribués aux opinions et tendances en fonction du pourcentage de votes qu'ils ont obtenus.

- représente les différentes tendances

- Tout le monde peut être entendu et participer au scrutins (pluralité)

- Compliqué

- Difficile de dégager une direction

- guerres d'influence
- piège l'individu dans sa tendance
- consolide la notion de partis

- But : constituer un groupe pour représenter et décider

- Débats longs
- Demande des négociations
- applicable à de grands groupes avec des orientations déjà claires


Jugement majoritaire Les votants évaluent chaque candidat ou choix individuellement en lui attribuant une note.
- approche plus nuancée et précise de la volonté populaire
- adhésion plus facile aux résultats
- trop d'items à évaluer
- risque de ne pas avoir de majorité claire et de devoir revoter
- la mise en place et les résultats peuvent être très différents en fonction du découpage
- Important, on prend la médiane, pas la moyenne ! (à vérifier)

Vote Condorcet Le choix ou le candidat gagnant est celui qui remporterait un duel avec chaque autre choix/candidat. - laisse plus de place aux petits partis ?

- paradoxe de Condorcet
- organisation très lourde (pas très réaliste pour des élections importantes)
biais à vérifier
Tirage au sort
Lorsque des choix ou candidats sont jugés équivalents ou difficiles à départager, tirage au sort.
- applicable à tous niveaux
- très simple à mettre en place
- permet à tous de s'engager
- permet aux personnes tirées au sort de progresser
- permet une plus grande diversité des opinions
- Ne favorise pas les seuls beaux parleurs
- Renouvelle la diversité sociale
- applicable à tous niveaux
- risque de désigner des personnes inappropriées ou sans envie si tirage au sort trop large
- possibilité de refuser à étudier
- si petit panel, privilégier enjeux simple

Votes avec pondération :
Vote Borda ou Vote cumulatif.




Vote Borda Les votants classent les choix/candidats par ordre de préférence, ce qui correspond à attribuer des points. Le gagnant est celui qui a la meilleure place au classement total.
- meilleure manière de minimiser le mécontentement
- Cela permet de faire ressortir la préférence globale.
- Ne prend pas en compte l'expression d'une objection forte
- La méthode Borda est un système de vote pondéré
- applicable pour choisir parmi différentes solutions possible, pas pour valider en soit une proposition unique
- Borda peut être positif dans un cadre de confiance
https://aceproject.org/ace-fr/topics/es/esd/esd04/esd04c01
Vote cumulatif
Les votants ont un nombre de points prédéfinis qu'ils répartissent librement parmi les différents choix proposés. Le choix gagnant est celui qui récolte le plus de points.
- meilleure manière de minimiser le mécontentement par rapport au vote Borda (à vérifier).
- donne la possibilité de nuancer son soutien sur différents choix.
- En l'état, ce système permettant aux votants de mettre tous leurs points sur un unique choix, il favorise la frustration de ces derniers en cas de défaite. - Le Vote cumulatif est un système de vote pondéré
- Ne donner des points qu'à une seule solution est propice à la frustration en cas de défaite. Pour éviter cela, 2 possibilités :
-> prévenir les votants de ce désagrément
-> proposer une version alternative où l'on oblige à mettre des points sur au moins 2 choix.

Vote par approbation Par rapport à une liste de choix, le votant approuve ou désapprouve chaque item. Le choix qui recueille le plus grand nombre de voix est adopté.
- simplicité d'expression des préférences
- un même votant peut soutenir plusieurs items (et donc voter "utile" en même temps que voter pour ce qu'il préfère en vrai)
- peut favoriser les petits candidats (à vérifier) ou choix moins mis en avant
- moins fin que les votes par pondération (mais pousse d'avantage les choix secondaires qui reçoivent autant de points que le choix primaire)
- Vise à élire la solution qui bénéficie du soutien le plus large
- Remarque : regarder si la prise en compte en pourcentage n'incite pas à faire coopérer les premières solutions.

Vote à second tour instantané

(Vote par élimination successive)
Vote par classement, où si un choix obtient la majorité absolue des voix, il est adopté, sinon, on élimine le choix qui a recueilli le moins de voix, et on attribue les voix de ses électeurs à leur second choix préféré, etc., jusqu'à obtenir une majorité absolue.
- à vérifier : l'obligation d'obtenir une majorité absolue augmente la légitimité du choix retenu. 
- Compliqué à mettre en œuvre
- Compliqué à vérifier
- Facilite le biais de présenter des solutions fantoches pour que leur points soient réattribués faute de majorité absolue (à vérifier ?)


Votation sans candidat
En l'absence voulue ou non de candidat déclaré, les votants désignent leur favori, selon les modalités de comptage préalablement définies.
- Permet d’échapper à l'emprise des partis, en créant de possibles surprises sans que la personne choisie ait subit la pression de s'être mise en avant
- permet à tous de participer
- permet aux personnes désignées de progresser
- permet une plus grande diversité des opinions
- Ne favorise pas les seuls beaux parleurs
- Renouvelle la diversité sociale
- Difficile à faire sur une grande échelle ? Pas sûr, ex : une personnalité de 1er plan, même apartisane, pourrait arriver première
équivaut au "jugement par approbation" ?
- remarque : existe pour les petites mairies
- remarque : ce type de votation pourrait mixer un autre type de vote (cumulatif, tirage au sort, etc.)







1. Le jugement majoritaire

Critères d'usage : type de décision, la taille du groupe, les enjeux, le type d'organisation, l'urgence, complexité/engagement pour le votant ?
Objectif : 

Population concernée, contexte (nbr de personnes, etc.) :
Quand l'utiliser :
Quand ne pas l'utiliser :
Méthode :

Juger chaque candidat ou chaque proposition. Pour chaque objectif visé on attribue des appréciations : à rejeter, insuffisant, passable, assez bien, bien, très bien, ou excellent. La mention majoritaire pour chaque candidat ou proposition c'est la mention "globale". Rien n'est plus simple que de la calculer. Il suffit de mettre toutes les mentions attribuées au candidat ou à la proposition par les électeurs dans l'ordre, de "à rejeter" vers "excellent", et de prendre celle du milieu. Puis on compare les mentions majoritaires, plus nuancées que dans une élection traditionnelle. La méthode du jugement majoritaire a donc pour avantage, parmi d'autres, de donner une réelle lisibilité aux résultats d'une élection. Elle permet d'apprécier en détail l'opinion des électeurs, et de fonder la prise de décision collective sur une base réellement démocratique.

2. La mise à l’essai d’une disposition minoritaire :

Pourquoi se priver des propositions qui, dans le cadre d’un vote traditionnel, se trouvent entre 0% et 49, 99% de voix ? Outre le fait que leurs auteurs se sentent incompris et rejetés, on se prive peut-être d’initiatives qui pourraient se révéler aussi bonnes si ce n’est meilleures que celles qui ont été votées à plus de 50% + 1 voix ? Il est donc intéressant pour un collectif d’établir une grille des possibilités. En voici un exemple :

Une proposition remporte 60% de Pour et 40% de Contre. 40% cela représente quand-même pas mal de gens. Pourquoi ne pas alors décider de mettre la proposition « gagnante » à l’essai pendant 6 mois ou un an, puis  de mettre la proposition perdante à l’essai les 6 mois suivants ? Pourquoi ne pas faire cohabiter les deux options (par exemple gérées par deux équipes différentes) pendant 6 mois ou un an et voir les résultats (sauf dans le cas d’une impossibilité de cohabitation) ? Il faut aussi fixer un seuil en dessous duquel, la proposition est systématiquement rejetée (30% ? 35 % ?...). On peut avoir des surprises et tirer des enseignements de ce type de souplesse.


Exemple de mise en pratique par D-Demain :

Décrire

Liens utiles :

Lister les liens
(1) blablabla
(2) bliblibli
(3) blobloblo
etc.