D-Demain

Collectif pour développer la démocratie, outil efficace à privilégier pour le bien-être en commun.

Besoins en collectif

Fiches répondant aux problématiques rencontrées de manière récurrente par les collectifs de manière générale (mairies, comités, copropriétés, associations, entreprises, etc.).

Besoins en collectif

Auto-gouvernance

Tristan aimerait la faire :-)

Pourquoi ?

Lorem ipsum

Dysfonctionnement(s) possibles si absent

Lorem ipsum

Comment y arriver ?

Lorem ipsum


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Lorem ipsum


Besoins en collectif

Décider collectivement

Introduction :

"Proposer, réfléchir et décider collectivement", c'est important n'est-ce pas ? C'est même la base du Vivre ensemble.
Y arriver, c'est la promesse d'une équipe, d'un collectif, d'une assemblée plus sereins et confiants, car sûrs de trouver des solutions sur le long terme. Le tout avec un minimum de méthode.

La fameuse "Intelligence Collective" n'existe pas de manière spontanée. Au sein d'un collectif, avoir un but commun ne suffit pas à assurer la communication interne et les prises de décisions. Ceci cause souvent des tensions. Heureusement, il existe des méthodes pour faciliter le fonctionnement des collectifs tout en prenant en compte le point de vue de tous les membres.

Avoir un but commun ≠ Avoir les mêmes méthodes.

Vous rencontrez les problèmes suivants :

Lister les problèmes

Vous souhaitez :

Lister les avantages

La solution : ERV

Appliquer le processus « Travailler et Décider par la Satisfaction », avec les étapes ERV, nous semble le plus pertinent :

ERV :


  1. Émettre (E) :
    Émission de proposition(s) par leur auteur, sans filtre ni critique d’un autre participant.
  2. Reformuler (R) :
    Chaque proposition est reformulée pour qu'elle soit comprise par tous, si possible. (1)
    Cette étape est validée par l'auteur qui indique si la reformulation lui convient. (2)
  3. Voter (V) :
    Votation par le collectif. (3)

Précisions :
(1) Idéalement en présence de l'auteur de la proposition, un simple jeu de questions/réponses suffit, de type «J'ai compris ça, … , est-ce bien le cas ?». L'auteur alors valide ou précise.
Attention, il ne s'agit pas de pratiquer le consensus (obtenir une proposition qui plaît à tout le monde) ou le consentement (obtenir un proposition à laquelle personne ne s'oppose), avec les risques de détournements qu'on leur connaît, mais bien d'aider l'émetteur à faire la proposition la plus claire possible, même si l'on n'est initialement pas d'accord !
En retour, l'auteur ne doit pas chercher à convaincre, juste à être plus clair. D'ailleurs, cette phase de reformulation peut nous faire changer d'avis (pour ou contre) dès lors que l'on a mieux compris le message.
Et si la Reformulation donne des idées connexes, c'est l'occasion de faire des nouvelles propositions.
(2) Quand la proposition reformulée semble satisfaisante, demander à l'auteur si la reformulation de la proposition lui convient. Si la réponse est Oui, on passe à l'étape suivante. Si la réponse est Non, l'étape de Reformulation continue.
(3) Afin de favoriser un choix en toute tranquillité, le vote à bulletin secret est recommandé.

Exemple de solution appliquée par D-Demain

Voici comment le collectif D-Demain applique ERV, au travers de son Règlement Intérieur :

  1. Émettre : émission par tous les participants de propositions/items. Elles sont toutes écrites par leur auteur, sans filtre ni critique d’un autre participant.
  2. Reformuler : chaque proposition/item est revue par le collectif et éventuellement reformulée, avec l’accord de l’auteur, afin de s’assurer que la proposition/item est claire pour tous (sans pour autant être acceptée).
  3. Voter : votation par le collectif. Si plusieurs propositions sont retenues (cas à privilégier), décider au préalable des critères de la votation (votation par classement, jugement majoritaire, etc.) ainsi que du nombre de propositions/items à sélectionner.

De manière générale, les étapes Émettre et Reformuler se font sur la plateforme PARTICIPER•CONVERGER.
L'étape Voter se fait actuellement sur la plateforme Belenios.

Besoins en collectif

Éviter l'entrisme

Pourquoi ?

Les groupes, plutôt à orientation politique en général, (mais pas seulement) peuvent faire face à des opérations malveillantes de la part d’autres collectifs ou entités concurrents ou opposés.

Il est assez souvent difficile de déceler ces opérations de « sabotage » visant à affaiblir, décrédibiliser, voire faire exploser le collectif visé. En effet, souvent, le « sabotage » vient de l’intérieur, organisé par des adhérents dont l’objectif, ou même la mission, est de jouer un rôle plus ou moins déterminant dans le collectif pour mieux en contrôler le fonctionnement puis l’affaiblissement, au moyen de divers procédés.

Dysfonctionnements possibles si absent

Comment y arriver ?

Des modes de fonctionnement s’inscrivant dans les statuts et règlements intérieurs des groupes peuvent limiter considérablement ce type de nuisances.

Exemple de solution appliquée par D-Demain

 Par exemple on peut dans le règlement intérieur :


D’autres processus peuvent permettre d’assainir une situation rendue difficile voire délétère par cette problématique d’entrisme ou de déstabilisation.

D-Demain se propose de vous aider à examiner, si votre groupe souffre d’un tel problème, quelles solutions pourraient être mises en œuvre pour permettre à votre groupe de résoudre cette situation.

Besoins en collectif

Décider en réunion

Pourquoi ?

Décrire


Dysfonctionnement(s) possibles si absent

Décrire


Comment y arriver ?

Décrire. Attention : expliquer la méthode, pas une solution !


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Décrire

Besoins en collectif

Décider hors réunion

Pourquoi ?

Décrire


Dysfonctionnement(s) possibles si absent

Décrire


Comment y arriver ?

Décrire. Attention : expliquer la méthode, pas une solution !


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Décrire

Besoins en collectif

Faire respecter les règles

Pourquoi ?

Les règles communes servent à respecter un cadre élaborer par le collectif pour permettre de se concentrer sur le fond du sujet essentiellement et non pas  parler sur la forme plus que la forme est mis en forme en tant que règle pour qu'on puissent avancer ensemble dans un même but.


Vous rencontrez les problèmes suivants :

Les dysfonctionnements possibles si nous avons pas des règles communes sont les suivantes: 

Vous souhaitez :

Lister les avantages

La solution :

Écrire une Charte qui permet de clarifier les objectifs du collectif avec ses différents moyens


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Décrire

Besoins en collectif

Prise de parole

Pourquoi (avantages) ?

Décrire


Dysfonctionnement(s) possibles si absent

Décrire


Comment (y arriver) ?

Décrire. Attention : expliquer la méthode, pas une solution !


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Décrire

Besoins en collectif

Définir sa maturité démocratique

Pourquoi ?

Tous les collectifs n'ont pas les mêmes degrés de démocratie. En effet, certains groupes estiment que pouvoir voter (élire en fait) de temps en temps est suffisant. D'autres au contraire cherchent à impliquer le citoyen dans les processus de réflexion et de décision.

Pourtant, au sein d'un collectif, savoir se situer sur une échelle de maturité quand à l'usage faite de la démocratie en interne, permet de savoir où l'on en est, et surtout, ce qui peut être fait pour améliorer le fonctionnement du groupe.

Dysfonctionnements possibles si absent

Décrire

Comment ?

L’Échelle de la participation citoyenne
Source (entre autres) : http://www.savigny-avenir.fr/2012/03/05/les-huit-barreaux-de-l%E2%80%99echelle-de-la-participation-citoyenne-%C2%AB-the-ladder-of-citizen-participation-%C2%BB-sherry-r-arnstein/
Extrait :
    DESCRIPTION DES 8 ÉCHELONS
de l’échelon 1 (Manipulation) à l’échelon 8 (Contrôle citoyen)

RÉFÉRENCES
1. MILL John Stuart, « De la Liberté » (On Liberty), 1859.
2. ARNSTEIN Sherry R., « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the  American Planning Association, Vol. 35, No. 4, July 1969, pp. 216-224.


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Créer un questionnaire-quizz sous forme de jeu, afin de connaître son score à la fin.

Besoins en collectif

Fiche « courants d’opinion divergents »

Il arrive assez souvent qu’apparaissent des divergences plus ou moins radicales au sein d’un même collectif. Ces divergences peuvent réunir des ensembles de personnes, que certains peuvent parfois qualifier de « clans ». Leurs divergences peuvent se situer à divers niveaux :
·         Mode de fonctionnement du groupe
·         Désir de modifier les objectifs initiaux du groupe
·         Conceptions stratégiques différentes (actions à mener, communication, outils, personnes ressources à mettre en avant…)
·         Attribution des mandats
·         Partenariats
·         Confiance ou défiance vis-à-vis de certains membres
·         Gestion des finances
 
Si ces divergences sont trop nombreuses et touchent trop aux fondements mêmes du groupe, il conviendra probablement de constituer de nouveaux groupes. Mais le problème est que, vis-à-vis des objectifs poursuivis à la création du groupe initial, la dispersion des forces guette. Le collectif et ses membres doivent donc dans un premier temps déterminer :
1/ L’urgence ou la priorité potentielles de rassembler le maximum de monde
2/ les motivations exactes des tenants de tel ou tel « clan »
3/ La possibilité de définir un moyen de départager l’ensemble des membres au-delà des divergences
 
1/Est-il nécessaire de rassembler beaucoup de monde ?
Si la situation générale et les objectifs poursuivis par le collectif impliquent une mobilisation massive de participants, il faut communiquer clairement sur ce point et expliquer en quoi l’unité est indispensable. Puis il faut consulter les membres du collectif sur leurs objectifs, attentes, analyses, critiques, propositions, afin d’établir un bilan global qui permettra de constater précisément où en sont les adhérents et ce qui ressort majoritairement de leur perception. Ceci permettra de définir quels sont les dénominateurs communs réels (et non supposés) au sein du collectif.
 
2/ Quelles sont les motivations dans les sous-groupes, clans, plateformes, orientations (selon le nom qu’on leur donne) ?
Lorsque les membres d’un collectif se scindent en sous-groupes aux opinions divergentes, il faut analyser finement ce qui divise des personnes mues au départ par les mêmes énergies. Il peut y avoir plusieurs facteurs :
·         Un leader charismatique s’est détaché de la masse, créant autour de sa personne une zone d’influence. En effet, beaucoup de gens recherchent plus ou moins consciemment de rejoindre ou de servir un « chef » dont l’autorité et l’éloquence (même au-delà du fond) les attire. Cette tendance est évidemment potentiellement dangereuse, nous en connaissons trop d’exemples funestes.
·         Le collectif a dérivé par rapport à ses principes fondateurs et les membres ne s’y retrouvent plus. D’où la nécessité d’écrire clairement les principes fondateurs dès la création ou la refondation d’un groupe. En cas de dérive, il faudra alors ensemble re-clarifier ces principes.
·         Le collectif est victime d’entrisme ou de perturbations volontaires de la part d’éléments « malveillants » dont le but est de déstabiliser le collectif afin  de l’affaiblir (souvent au profit d’un autre collectif de même type). Pour se prémunir de ce type d’actes, se référer à la fiche « Entrisme ».
·         Les buts primitifs du collectif peuvent être poursuivis de différentes façons. Il convient donc d’étudier ces différents moyens sans en occulter et permettre aux membres d’œuvrer particulièrement  dans les cadres qui leur conviennent le mieux, tout en veillant à coordonner ces différents moyens d’action (commissions thématiques par exemple) dans le respect des textes fondateurs.
·         Différents sous-groupes revendiquent de détenir LA Vérité dans leurs analyses et propositions (souvent aiguillonnés par des personnalités ambitieuses et volontaires). Il est important de prendre en compte leurs propositions, de les reformuler collectivement pour vérifier que tous ont bien compris les objets des divergences. Si ces divergences respectent les principes fondateurs, chartes, règlements intérieurs, statuts, on peut envisager des périodes de test des propositions afin d’en valider ou non leur intérêt ou leurs bénéfices pour le collectif. On peut adopter alors des décisions temporaires. Se référer à la fiche « Décision acceptable ».
·         Si l’on envisage la fusion entre deux collectifs ayant des objectifs communs, dès le début des rapprochements, tous les membres des collectifs doivent être conviés à une enquête pour valider ou non la pertinence de cette fusion, puis à contribuer à l’établissement de nouveaux textes fondateurs. La méthode « ERV » sera particulièrement utile.
 
3/ Départager les opinions divergentes
Selon l’urgence ou l’importance des objectifs poursuivis, il peut être nécessaire d’abandonner certains points pour que le collectif se recentre sur des objectifs communs incontournables (les dénominateurs communs), à condition que les adhérents comprennent que certains combats puissent recéler une part de frustration par rapport à l’idéal de départ.
Pour déterminer ces dénominateurs communs, il faut
·         Les énumérer
·         Vérifier ce qu’ils représentent pour chacun des membres
·         Re-clarifier si nécessaire leur teneur
·         Evaluer leur degré de priorité
·         Analyser les interactions entre ces éléments dits « dénominateurs communs »
·         Permettre des périodes de mise à l’essai de certains objectifs ou moyens lorsqu’on n’a pas assez de visibilité sur leur portée.
·         Veiller à assurer toujours un fonctionnement absolument démocratique du collectif ( ce qui évite souvent les « prises de pouvoir » personnelles déstabilisantes)
Besoins en collectif

Fiche « Prise de pouvoir initiale »


Lorsque certains groupes se forment autour d’un objectif, d’un besoin, d’une idée, il arrive que parmi les initiateurs du groupe des personnes s’arrogent des pouvoirs de décision et d’organisation très importants, souvent en invoquant une besoin d’efficacité ou de rapidité.

Par la suite, ces personnes, au demeurant souvent bien intentionnées au départ et possédant des compétences certaines, conservent ces pouvoirs même si le groupe évolue, s’agrandit, recrute de nouveaux profils, augmente la portée de ses actions.

C’est alors que, souvent, se manifeste une dérive autoritaire qui, dans bien des cas, est vécue comme une frustration, un frein, voire un contrôle indésirables par les autres membres du groupe.

Et si aucune solution satisfaisante de partage des responsabilités et des initiatives n’est pas rapidement trouvée, un malaise grandissant mine le groupe et peut déboucher sur une crise interne qui aura raison in fine du groupe.

C’est ainsi qu’un groupe, fondé au départ, sur des besoins légitimes, justes, positifs peut s’écrouler, anéantissant et les aspirations des membres et/ou sympathisants ainsi que les énergies susceptibles de faire avancer l’objectif initial.

Ceci peut survenir dans tous les domaines.

Il est donc capital que, dès la création d’un groupe, soit posée la question du partage des tâches, de l’organisation des débats sur tous les sujets et de la construction des décisions.

Souvent, lorsqu’un groupe se crée, ce qui semble a priori l’essentiel, ce sont les objectifs. Mais négliger l’aspect fonctionnement, organisation peut conduire à un échec cuisant.

Aussi, il convient de mettre en œuvre les items suivants :

·         Poser la question, évidemment : « Quels sont précisément les objectifs envisagés par le groupe naissant ? »

·         Vérifier que chaque personne désirant s’impliquer dans le groupe puisse présenter les raisons qui le poussent à vouloir participer à ce groupe.

·         Vérifier que chaque futur membre puisse à tout moment interpeller le reste du groupe et soit entendu. Créer les instances et outils pour cela.

·         Considérer que chaque membre fondateur a la même légitimité que les autres, même si en apparence certaines personnalités pourraient sembler plus brillantes ou compétentes. L’intelligence collective révèle des surprises.

·         Procéder le plus rapidement possible au partage égalitaire des temps de parole en réunion (physique ou virtuelle), avec possibilité d’interrompre une personne qui abuserait de la prise de parole.

·         Veiller à co-écrire les textes fondateurs du groupe (objectifs, socle commun, statuts, règlement intérieur) avec toutes les personnes présentes à la création du groupe. Permettre que, par la suite, ces textes puissent être revisités régulièrement pour s’assurer de leur pertinence en fonction de l’évolution du groupe.

·         Adopter les textes fondateurs, de préférence au consensus exprimé (tous les membres signalent individuellement et officiellement leur accord) ou au jugement majoritaire (voir fiche sur le jugement majoritaire) s’il y a des désaccords.

·         Désigner des personnes avec des mandats tournants pour tous les rôles importants du groupe (représentation, contacts avec la presse, organisation des réunions et évènements, préparation des supports de travail etc…). Ne pas laisser une personne gérer en permanence le même thème et finalement se l’accaparer. Puis organiser la formation des membres pour les tâches indispensables.


En adoptant ces quelques mesures à la naissance d’un groupe, on évite un certain nombre d’écueils qui peuvent détruire à la longue le groupe, aussi intéressant, utile, pertinent soit-il.

Fiches Internes

Fiches Internes

Auto-estimation

Actions en cours

(lister)

 

Ressentis

Vis à vis de l'extérieur :


Vis à vis de soi-même :


Journal des Jokers

Date
Pseudo concerné
Nombre de Joker(s) initial
Motif perte de Joker
(avec nombre de Joker perdu)

Joker(s) restant(s)









































Modèles

Modèles

Modèle Fiche BESOIN

Remplacer le Titre.

Choisir le mot-clé approprié colonne de droite (tag).

Pourquoi (avantages) ?

Décrire


Dysfonctionnement(s) possibles si absent

Décrire


Comment (y arriver) ?

Décrire. Attention : expliquer la méthode, pas une solution !


Exemple de solution appliquée par D-Demain

Décrire